Download E-books Bronx amer. Treize nouvelles PDF

By Jerome Charyn

Longtemps je n’ai pas pu retourner dans le Bronx. C’était dans mon crâne comme un cri strident, ou une blessure que m’aurait recousue quelque chirurgien fou et dont je n’osais pas retirer un seul aspect. C’était un can pay dépourvu de tout, un monde sans livres, sans librairies, sans musées, où les pères rentraient à pas pesants de l. a. crèmerie ou de l’usine à chaussures qui les employaient, les épaules ployant sous une monumentale tristesse, où les mères comptaient le moindre sou chez le boucher... alors que leurs enfants, tous tools du désordre, garçons comme filles, volaient, mordaient, brimaient à tort et à travers…

Et voilà qu'aujourd’hui, au fil de treize nouvelles, Jerome Charyn revient dans ce "Bronx amer" où il est né et où il dit avoir tout appris à l. a. dure école de los angeles rue. Très jeune, il y a connu les guerres de gangs, mafiosi, albanais ou cubains et fréquenté des escrocs et des voyous qu'un gamin pouvait trouver magnifiques, des femmes faciles mais si séduisantes, des truands sympathiques – bref les personnages qui hantent tous ses romans.

Mais désormais, le ton s’est durci, los angeles tonalité est plus sombre, 'j’entends des cris de guerre au loin', nous dit-il. Ce qui par contre n’a pas changé, c’est ce variety inimitable, syncopé, "jazzy" – bref los angeles merveilleuse musique de Jerome Charyn.

Show description

By Jerome Charyn

Longtemps je n’ai pas pu retourner dans le Bronx. C’était dans mon crâne comme un cri strident, ou une blessure que m’aurait recousue quelque chirurgien fou et dont je n’osais pas retirer un seul aspect. C’était un can pay dépourvu de tout, un monde sans livres, sans librairies, sans musées, où les pères rentraient à pas pesants de l. a. crèmerie ou de l’usine à chaussures qui les employaient, les épaules ployant sous une monumentale tristesse, où les mères comptaient le moindre sou chez le boucher... alors que leurs enfants, tous tools du désordre, garçons comme filles, volaient, mordaient, brimaient à tort et à travers…

Et voilà qu'aujourd’hui, au fil de treize nouvelles, Jerome Charyn revient dans ce "Bronx amer" où il est né et où il dit avoir tout appris à l. a. dure école de los angeles rue. Très jeune, il y a connu les guerres de gangs, mafiosi, albanais ou cubains et fréquenté des escrocs et des voyous qu'un gamin pouvait trouver magnifiques, des femmes faciles mais si séduisantes, des truands sympathiques – bref les personnages qui hantent tous ses romans.

Mais désormais, le ton s’est durci, los angeles tonalité est plus sombre, 'j’entends des cris de guerre au loin', nous dit-il. Ce qui par contre n’a pas changé, c’est ce variety inimitable, syncopé, "jazzy" – bref los angeles merveilleuse musique de Jerome Charyn.

Show description

Read Online or Download Bronx amer. Treize nouvelles PDF

Best American Literature books

Him With His Foot in His Mouth and Other Stories

'We have been associates, by some means. yet in any case, someway, he meant to be a mortal enemy. the entire whereas that he was once making the gestures of a detailed and worthy buddy he used to be fattening my soul in a coop until eventually it used to be prepared for killing. ' very important, exuberant, streetwise and philosophizing, Nobel Prize winner Saul Bellow is without doubt one of the undisputed masters of yank prose.

The Thing on the Doorstep and Other Weird Stories (Penguin Classics)

A definitive variation of news by means of the grasp of supernatural fictionHoward Phillips Lovecraft's specific contribution to American literature used to be a melding of conventional supernaturalism (derived mainly from Edgar Allan Poe) with the style of technological know-how fiction that emerged within the early Twenties. This Penguin Classics variation brings jointly a dozen of the master's tales-from his early brief tales "Under the Pyramids" (originally ghostwritten for Harry Houdini) and "The tune of Erich Zann" (which Lovecraft ranked moment between his personal favorites) via his extra absolutely constructed works, "The Dunwich Horror," The Case of Charles Dexter Ward, and on the Mountains of insanity.

Pal Joey: The Novel and The Libretto and Lyrics (Penguin Classics)

For its seventy fifth anniversary and Frank Sinatra’s centennial: the Jazz Age masterpiece that encouraged the enduring Sinatra movie and the hit Broadway musical, and that includes the musical’s libretto and lyrics   at the seedy facet of Chicago nightlife within the Nineteen Thirties, Joey Evans is a bad man’s Bing Crosby—a big-talking, small-time nightclub crooner down on his success yet consistently at the make.

The Oxford Book of American Detective Stories

Edgar Allan Poe's "Murders within the Rue Morgue" introduced the detective tale in 1841. The style all started as a intellectual kind of leisure, a puzzle to be solved by means of a rational sifting of clues. In Britain, the tales turned decidedly top crust: the crime usually devoted in an international of manor houses and formal gardens, the blood at the Persian carpet frequently blue.

Extra info for Bronx amer. Treize nouvelles

Show sample text content

Il n’était pas attainable que je gagne cette partie. Je ne pouvais pas l. a. séduire grâce à los angeles littérature. Je l’avais sortie de sa petite grotte mais n’avais à lui montrer qu’un univers criard pour porte-flingues. Nous regagnâmes West finish street dans un silence de mort. Elle ne voulut même pas que je lui tienne l. a. major. Et elle ne m’invita pas à monter. Je l’avais déçue à un element que je n’aurais jamais pu imaginer. Et elle se montra cruelle au attainable. � Je crois que tu ferais mieux de te cramponner à ta voiture blindée, Jerome. En maraudant un peu les rues, tu te trouveras peut-être une malheureuse Ophélie... comme ça, vous pourrez vous enfuir tous les deux et aller vous noyer. Bonne nuit, mon doux, doux prince. » * Plus de devoirs ensemble. Merle ne me jeta jamais l’ombre d’un regard dans les couloirs d’Art et Musique. Son regard lavande passait au travers de ma peau, de mes os. Et pourtant, j’étais sans doute le gamin le plus riche de l’École. Rosenzweig me grugeait, sans pouvoir pour autant se permettre d’excès en l. a. matière. los angeles vente sur catalogue, c’était son gagne-pain et moi j’étais son article le plus populaire. Mais j’avais le sentiment de me faire voler mon enfance. Je trimais comme un chien après ma journée d’école. Je portais des richelieus blancs, mais le temps que je passais dans l. a. salle d’exposition m’empêchait d’apprendre et m’emmenait de plus en plus loin de New Haven et de Harvard backyard. J’avais entendu dire à l’École d’art et musique que Merle Messenger était tombée amoureuse d’un étudiant de première année à Harvard. Elle arriva en cours vêtue d’un sweat-tshirt pourpre, un insigne de Harvard épinglé dessus. Elle traitait ses amis de haut, contemplait le plafond, bâillait pendant que le Dr McCloud parlait de Thomas Hardy et de Jude l’Obscur... Puis elle cessa complètement d’assister aux cours. Les résidents du West aspect juraient qu’elle avait fugué avec ce jeune homme pourpre et vivait dans une cabane sur le mont Rainier. Je n’en croyais pas un mot, mais je ne pouvais pas emprunter l. a. limousine de Rosenzweig pour aller vérifier à Seattle. Et plus grande l. a. distance qui me séparait de Merle, plus me manquaient les nuits que nous passions ensemble et mes petits déjeuners avec les Messenger. Et puis, six mois après l. a. disparition de Merle, je vis Mrs Messenger à l’École d’art et musique. Ce signe aurait dû suffire à me faire comprendre que Merle ne se trouvait pas sur le mont Rainier. � Mr Salinger, me dit-elle avec un sourire moqueur, Merle aimerait bien vous voir. » Je me mis à frissonner dans ma culotte. � Je ne comprends pas. Elle n’est donc pas partie ? — Elle n’a jamais quitté long island. Elle a été hospitalisée mais elle est rentrée à los angeles maison à présent. Elle a connu un état suicidaire, l’espace d’une quinzaine de jours. » J’ai tout d’abord cru que le jeune homme pourpre lui avait brisé le cœur ; mais de jeune homme pourpre, il n’y avait aucun, à en croire Mrs M. Tout cela n’était qu’un produit de l’« imagination fluide » de Merle. Je ne savais pas trop quoi apporter – des chocolats ?

Rated 4.14 of 5 – based on 41 votes